• Gazelle des sables

    Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir





    Photographies de voiliers


     

    Gazelle des Sables

    La maquette est réalisée au 1/30ème d'après le plan de J.C Chazarain.


     Dimensions: 13,70 m de longueur - largeur 5,10 m - tirant d'eau 2,15 m - Hauteur du mât du pont à la pomme 14,40 m.

    Gréement aurique. foc, trinquette, grand' voile, et flèche.

    Les voiles sont réalisées en sergé de coton. Les laizes sont réalisées en tirant 2 fils de la trame à chaque laize

    et en les remplaçant par des fils plus épais. Très long à réaliser mais donne de beaux résultats.

    La coque est en samba. Le pont, la mâture, les poulies, chantier etc.. sont en poirier.

    *****

    **

    Historique:


    Lancées en grand nombre (25 en 1909), elles offrent des caractéristiques qui vont en se stabilisant:

    Pavois ajourés, absence de tableau arrière, étrave verticale, gréement de cotre avec gui dépassant

    largement le couronnement, garde robe très colorée.

    Il n'y avait pas deux bateaux identiques, il y avait toujours un client qui voulait un petit peu plus de ceci, un peu moins de cela.

    Les Gazelles étaient polyvalentes, non seulement elles tendaient les rets en été, mais pêchaient au chalut à bâton l'hiver.

    A partir des années 1920 elles pratiquèrent la pêche au thon.

    Pêche à la sardine: Elle se pratiquait pas de la gazelle, mais grâce à 2 canots, à l'aide de filets bleus mesurant 32 mètres de long dur 5 mètres de hauteur. Cette pêche se pratiquait près de la cote, les rets étaient lancés depuis les canots.

    Sur un des canots le patron appâtait avec de la rogue (oeufs de morue) en semant en pluie de chaque coté du filet.

    Les sardines se jetaient sur l'appât en tentant de traverser les mailles dans lesquelles leurs ouies s'accrochaient.

    D'où la nécessité d'avoir une maille correspondant à la grosseur du poisson. En pêche à la sardine, il fallait au moins 5 hommes.

    Pêche au chalut: Elle se pratiquait l'hiver, le bateau devait dériver sur les hauts fonds,

    à proximité de la cote en trainant toutes voiles établies le chalut à bâton.

    Ce bâton sert à maintenir le sac ouvert. Le ventre est équipé d'un traînard en chaîne de façon à râcler le fond.

    Afin de pouvoir hisser l'engin à bord on se servait d'une caliorne et à l'arrière d'un bâton appuyé sur la lisse,

    manoeuvre très délicate.

    *****

    Sur cette photo on distingue 

    - La galoche pièce se trouvant sur l'avant bâbord du bâtiment, sert aupassage de la chaîne de l'ancre et aussi le câble du chalut.

    - Le bossoir encastré dans une jambette, il sert pour le passage du câble du chalut.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur ce cliché 


    - Le guindeau, réalisé en poirier, les engrenages proviennent de vieux réveils.

    - A l'emplanture du mât on peut apercevoir les deux sabots servant à recevoir les pieds des tangons pour la pêche au thon.

    - Les boules de racage sont en buis et réalisées au tour.

      - Les paniers à poissons sont réalisés avec du bristol tressé puis peint .

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur ce cliché:

    - Les caps de mouton du gréement dormant.

    - Les cabillots en buis, réalisés sur mini perceuse.

    *

    Photographies de voiliers

     *

    *
    Sur ce cliché on aperçoit 

    - Le chalut à perche et un de ses patins (extrémité de perche).

    - Le chien, croc en bois équipé d'un réa et relié au pont par un filin. Sert à retenir le câble du chalut.

    *

    Photographies de voiliers

     
    *
    * 
    Sur cette photographie on voit:

    - Le chantier surélevé avec le câble lové.

    - Le capot de descente (dôme) et les tirettes pour ouvrir la descente.

    - Le banc de quart.

    - Une défense ou par battage réalisé au crochet par mon épouse.

    *

     

    Photographies de voiliers

     
    *
    *
    Sur cette photo

    Remarquez le petit sabot cloué sous le banc de quart, il servait de"récipient"contenant du suif

    avec lequel on enduisait le plomb de sonde afin d'avoir connaissance de la nature du fond
    (sable , gravier ) cela permettait de se situer par rapport à la cote.
    Le petit sabot est fabriqué en buis.

    *

     
     
    *
     * 
    Sur cette photo on distingue 


     

    - Drisse de mât passant dans une caliorne (fort palan de 2 grosses poulies triples ou une triple et une double)

    à hisser la corne.

    - Drisses de pic à deux courants passant dans différentes poulies.

    *

    *****

    **

     

     

    « Doris terre neuvas"Kerz Atao" Thonier dundee »

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Lundi 29 Août 2011 à 11:04

    Bonjour ! très admiratif de ce que vous faites et de vos créations permanentes. Je tente moi-même de créer des modèles, mais me spécialise dans la grande échelle 1/7è et la création de jouets Citroën innovants. Le modélisme marine m'intéresse pour créer des accessoires sur remorques tractées, et j'en suis à une barque Loire ; et un aristocraft boat. J'ai fini par trouver puis terminer un Seagull au 1/10è, mais mon accastillage n'est pas si beau que le vôtre, enfin il fonctionne parfaitement à distance avec un Futaba 2 voies. Toute ma considération/YN

    2
    LUQUET
    Lundi 26 Septembre 2011 à 13:55

    ,

    Bonjour,

    Je possède les plans MRB de la Gazelle. Etes vous intéressés ?

    Cordialement,

    JM Luquet

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :