• Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

    Flobart




    Le Flobart est bateau de pêche d'échouage, capable de flotter dans
    moins de 30 centimètres d'eau.. Utilisé sur la cote d'Opale de Berck
    à Calais jusqu'à la fin du XIX siècle.
    Bordé à clins avec une proue très large pour affronter la vague, lors
    du départ en mer. Poupe plate et très haute, permettant de le pousser
    à dos d'hommes sur des rondins pour le déséchouer.
    Pour sa construction, le système de gabarit amovible a été requis, le même
    principe que sur les drakkars.

    La maquette que je réalise au 1/8ème est issue des plans de la revue
    RC marine. Le principe des gabarits amovibles est utilisé pour la
    construction.




     


     



    Montage sur couples amovibles.

    *
    *

    Sur les couples amovibles 1,3,4,5, collé un scotch sur

    les bords pour que le bordé n'adhère pas.

    *

    *
     * 
    Le montage est assez simple, il suffit de suivre les traçages
    du plan. Les clins sont dessinés sur le plan, ce qui facilite le travail.
    Merci monsieur Dominique Berta.
    *


    *
    *
    Première couche de peinture pour faire ressortir les défauts
    *

     
    *
    *
     
    *
    *

     

    Après plusieurs couches de peinture blanche intérieur et extérieur
    Le capot moteur - Le plancher est laissé en bois naturel.
    *
     
     

    *
    *

    Photographies de voiliers

    *
    *
    Vue du tableau arrière, désolé pour la mise au point.
    *

    Photographies de voiliers

    *
    *
     Les avirons
    *

    Photographies de voiliers


    * 
     *

    Il me reste à le mettre en peinture l'extérieur, et à fabriquer l'accastillage,
    puis après installation du moteur,
     du cerveau et du variateur le voir fendre les flots.
    *****
    **

    Photographies de voiliers

     

    *
    * 
    La peinture est réalisée avec un peu d"accastillage.
    *
     

    *
    *

    Photographies de voiliers

     *
    *
    La mire radarisable,
    élément indispensable pour ces petits
    bateaux navigants
    au milieu du rail de la manche
    est réalisée en aluminium.

    *
     

    Photographies de voiliers

     *
    *
    La bouée couronne, encore un anneau de moins aux rideaux.
    *

    Photographies de voiliers




    *
    *



    *
    *
    Les ancres et les dames de nage, fil de laiton de 2mm
    étamés aux extrémités et soudés à l'étain

    *

    Photographies de voiliers

    *
    *

    Photographies de voiliers

    *
    *
    Après quelques montages et collage, le voici sur sa remorque,
    il va pouvoir d'ici peu être lancé, encore un petit peu de travail
     sur la télécommande et "vogue le flobart"

    *

     

    Photographies de voiliers


    *
    *



    *
    *




     

     

     

    Brume de mer, vent de terre.

     

     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    4 commentaires
  • Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir

     

     
     





     
    *

     

    Réalisé au 1/33ème 1/3 d'après les plans du Musée de la pêche de Concarneau.

    Dimensions: 36 pouces de quille - 61 1/2 de tête en tête -18 1/2 de largeur

    Historique: C'est vers 1850 que les "grecs" pêcheurs de l'île de Groix commencent à gréer

    des lignes de traîne à bord de leurs éternelles chaloupes,

    par la suite tous les ports de Camaret à la Rochelle armeront de mai à juin à la recherche des premiers bancs de thon.

    Les flotilles étaient composées de grandes chaloupes grées au tiers, plus un foc et un beaupré,

    remarquables par leur étrave droite et leur étambot quasi vertical.

    Peu propice à la manoeuvre avec leur quille longue, elles furent remplacées par des dundees

    ou des cotres à tape cul plus maniables et surtout plus rapides,

    ce qui leurs permettaient de tenir une vitesse de 5 à 7 noeuds ( condition sine qua non pour la pêche aux germons)

    et d'autre part de descendre rapidement au sud au large du cap finistère (Espagne).

    Armé de deux perches ou tangons ayant chacune sept lignes. Elles sont abaissées dès la sortie du port,

    les lignes sont mises à l'eau au petit jour, on ne pêche pas la nuit.

    Le Kerz-Atao: Inscrit au registre d'armement du quartier maritime de Concarneau le 5 juin 1928,

    Il prenait la mer pour sa première campagne le 10 juillet 1928.

    Après 20 ans de bons et loyaux services, totalisant près de 200 campagnes.

    Kerz-Atao finit ses jours sur la plage du Cabillou à l'embouchure de l'anse de Kergos.

    *****

    **

    Sur cette photo:

    La quille en différence (talon très plongeant par rapport au brion) favorise les virements de bord.

    On remarquera la très longue voute arrière, ces longues voutes se justifiaient par le fait

    que les chantiers facturaient le bateau en fonction de la longueur de quille,

    d'où l'idée des patrons de faire allonger le pont sans grever leur budget.

    Mais cela devint le talon d'Achille des ces bateaux, la fragilité de la voute

    recevant des paquets de mer entrainèrent plus d'un bateau vers le fond.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Beaucoup d'élégance ces thoniers
    *
     

    *

    *

    Bille de bois qui sera transformée en étrave.
    *

    *

    *

    Cette image donne une idée de la largeur de ces bateaux.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Visible sur cette photo:

    - L'écubier.

    - Les jambettes du bout dehors.

    - Le blin qui enserre le beaupré.

    *

     

    *
    *

    Sur cette photo on aperçoit:

    - La galoche où passe la chaîne.

    - Les ferrures en haut de l'étrave.

    - Les 2 bittons avec une clavette pour maintenir le bout-dehors

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *
    - Le pare-battage ou défense réalisé au crochet par le maître couturier (mon épouse).

    *

    Photographies de voiliers

     *

    *

    Sur cette vue:

    - Le guindeau réalisé en bois, les engrenages proviennent de vieux réveils.

    *

    Photographies de voiliers

     *
    * 
    Sur cette vue:

    - La mâchoire de bôme.

    *

    Photographies de voiliers

    *
    *

    Sur ce cliché:

    Les rateliers appelés (bois de thon) servaient à suspendre des centaines de thons parla queue.

    La conservation était tributaire de madame météo, par temps sec le thon gardait sa raideur, un dos bien noir.

    Par temps humide, il tournait et devenait mou. l'oeil vitreux annonçait une cargaison perdue.

    A l'arrivée à quai il était guère possible de grugé la "senteuse" , généralement une ancienne,

    sa décision était sans appel, un seul coup d'oeil suffisait pour évaluer la fraicheur des poissons.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

     

    Sur cette vue on aperçoit:

    - La pompe de cale.

    - Le panneau de cale légèrement entrouvert sous le râtelier à thon.

    - Le capot de la descente du poste arrière.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Descente du poste arrière:

    - Capot coulissant très bombé.

    - Fermeture par tirettes de la descente.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

     Sur cette vue:

    - Cosses de ris et itagues (cordages servant à affaler la portion de voile correspondante pour prendre les ris).

    - Violon de ris de bôme de grand'voile.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

     Sur cette photo:

    - Le gouvernail

    - La longue voute.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur ce cliché on aperçoit:

    - La serre de tableau.

    - Les petits coins situés à l'arrière bâbord.

    - Le palan d'écoute de la grand'voile.

    - Le sabot de la barre.

    - La barre avec ses palans.

    - La bôme fixe tenue au couronnement par une ferrure articulée.

    *

     Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur cette vue:

    - Drisse de flèche en chaîne.

    - Pomme de mât.

    - Fanal.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    sur cette photo:

    L'encornat de la corne avec la savate

    ( pièce de bois articulée entre les deux branches de l'encornat afin qu'il glisse mieux sur le mât).

    *

    Photographies de voiliers

     *
    *

    Sur cette vue:

    - La potence et le palan triple de hissage de la corne.

    - La chaîne de hissage de flèche.

    - l'encornat de la corne.

    *

     

    Photographies de voiliers

     *****

    Echoué

    *

    Photographies de voiliers

     
     

    ******

     

     

     

     


    Quand la mouette vole bec en avant, m auvais temps

    Partager via Gmail Yahoo!

    20 commentaires
  • Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir





    Photographies de voiliers


     

    Gazelle des Sables

    La maquette est réalisée au 1/30ème d'après le plan de J.C Chazarain.


     Dimensions: 13,70 m de longueur - largeur 5,10 m - tirant d'eau 2,15 m - Hauteur du mât du pont à la pomme 14,40 m.

    Gréement aurique. foc, trinquette, grand' voile, et flèche.

    Les voiles sont réalisées en sergé de coton. Les laizes sont réalisées en tirant 2 fils de la trame à chaque laize

    et en les remplaçant par des fils plus épais. Très long à réaliser mais donne de beaux résultats.

    La coque est en samba. Le pont, la mâture, les poulies, chantier etc.. sont en poirier.

    *****

    **

    Historique:


    Lancées en grand nombre (25 en 1909), elles offrent des caractéristiques qui vont en se stabilisant:

    Pavois ajourés, absence de tableau arrière, étrave verticale, gréement de cotre avec gui dépassant

    largement le couronnement, garde robe très colorée.

    Il n'y avait pas deux bateaux identiques, il y avait toujours un client qui voulait un petit peu plus de ceci, un peu moins de cela.

    Les Gazelles étaient polyvalentes, non seulement elles tendaient les rets en été, mais pêchaient au chalut à bâton l'hiver.

    A partir des années 1920 elles pratiquèrent la pêche au thon.

    Pêche à la sardine: Elle se pratiquait pas de la gazelle, mais grâce à 2 canots, à l'aide de filets bleus mesurant 32 mètres de long dur 5 mètres de hauteur. Cette pêche se pratiquait près de la cote, les rets étaient lancés depuis les canots.

    Sur un des canots le patron appâtait avec de la rogue (oeufs de morue) en semant en pluie de chaque coté du filet.

    Les sardines se jetaient sur l'appât en tentant de traverser les mailles dans lesquelles leurs ouies s'accrochaient.

    D'où la nécessité d'avoir une maille correspondant à la grosseur du poisson. En pêche à la sardine, il fallait au moins 5 hommes.

    Pêche au chalut: Elle se pratiquait l'hiver, le bateau devait dériver sur les hauts fonds,

    à proximité de la cote en trainant toutes voiles établies le chalut à bâton.

    Ce bâton sert à maintenir le sac ouvert. Le ventre est équipé d'un traînard en chaîne de façon à râcler le fond.

    Afin de pouvoir hisser l'engin à bord on se servait d'une caliorne et à l'arrière d'un bâton appuyé sur la lisse,

    manoeuvre très délicate.

    *****

    Sur cette photo on distingue 

    - La galoche pièce se trouvant sur l'avant bâbord du bâtiment, sert aupassage de la chaîne de l'ancre et aussi le câble du chalut.

    - Le bossoir encastré dans une jambette, il sert pour le passage du câble du chalut.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur ce cliché 


    - Le guindeau, réalisé en poirier, les engrenages proviennent de vieux réveils.

    - A l'emplanture du mât on peut apercevoir les deux sabots servant à recevoir les pieds des tangons pour la pêche au thon.

    - Les boules de racage sont en buis et réalisées au tour.

      - Les paniers à poissons sont réalisés avec du bristol tressé puis peint .

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur ce cliché:

    - Les caps de mouton du gréement dormant.

    - Les cabillots en buis, réalisés sur mini perceuse.

    *

    Photographies de voiliers

     *

    *
    Sur ce cliché on aperçoit 

    - Le chalut à perche et un de ses patins (extrémité de perche).

    - Le chien, croc en bois équipé d'un réa et relié au pont par un filin. Sert à retenir le câble du chalut.

    *

    Photographies de voiliers

     
    *
    * 
    Sur cette photographie on voit:

    - Le chantier surélevé avec le câble lové.

    - Le capot de descente (dôme) et les tirettes pour ouvrir la descente.

    - Le banc de quart.

    - Une défense ou par battage réalisé au crochet par mon épouse.

    *

     

    Photographies de voiliers

     
    *
    *
    Sur cette photo

    Remarquez le petit sabot cloué sous le banc de quart, il servait de"récipient"contenant du suif

    avec lequel on enduisait le plomb de sonde afin d'avoir connaissance de la nature du fond
    (sable , gravier ) cela permettait de se situer par rapport à la cote.
    Le petit sabot est fabriqué en buis.

    *

     
     
    *
     * 
    Sur cette photo on distingue 


     

    - Drisse de mât passant dans une caliorne (fort palan de 2 grosses poulies triples ou une triple et une double)

    à hisser la corne.

    - Drisses de pic à deux courants passant dans différentes poulies.

    *

    *****

    **

     

     

    Partager via Gmail Yahoo!

    3 commentaires
  •  

     

    Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir











    Sur les navires morutiers, dans les années 1710, le pêche à la morue se faisait depuis le bord du bâtiment à l'aide de lignes à mains. Les hommes se trouvaient dans des tonneaux à l'extérieur du bastingage.C'est en 1789, que le Capitaine Dieppois nommé Sabot eut l'idée de remplacer les lignes à mains par des "Harouelles" appellées aussi lignes de fond ou dormantes. Ces très longues lignes (133mètres) étaient garnies de nombreux hameçons et tendues au fond de l'eau par des plombs. Pour mettre ces lignes à l'eau, on utilisait de très lourdes chaloupes de 8 mètres, incommodes à manipuler et demandant 8 hommes pour les armer et quand un de ces lourds canots ne rentrait pas, c'est 8 hommes qui étaient portés disparus. Ces chaloupes étaient construites dans les chantiers de la Rance et envoyées démontées à Terre Neuve.En 1876, des capitaines Fécampois ramènent de Terre Neuve quelques exemplaires de Doris qu'utilisent les goélettes Américaines. Lors de la campagne de pêche de 1877, quatre armateurs décident de l'essayer. Ses qualités (maniabilité, légèreté (hissage à bord facilité), excellente tenue en mer, possibilité de s'empiler ce qui permet dans embarquer jusqu'à 18 à bord, armement réduit, 1 patron et son "avant". Quatre années plus tard, toute les flotilles morutières l'avaient adoptées.

    Retour d'un Doris après avoir relevé ses lignes
    Cliché réalisé entre 1932 et 1938 lors des campagnes de pêche du Capitaine
    ARISTIDE OLLIVIER



    On peut remarquer que le Doris est en surcharge, il pouvait pêcher de 700 à 800 morues à chaque fois qu'ils relevaient leurs lignes, le doris ayant le plus de poissons était appelé le "Doris Amiral"
    Nombre d'entre eux coulèrent chargé de cette façon

     


    Le modèle que je réalise est au 1/15ème d'après le plan du Musée de la Marine relevée en 1965 par Jean Le Bot d'après les gabarits du chantier LEMARCHAND.


    Construction

    Construction sur gabarits d'assemblage en carton,
    les couples et l'écusson en contreplaqué bouleau de 1mm,
    l'étrave réalisé en poirier


    *
    *
     

    Photographies de voiliers

    *
    * 
     
    Le bordage 4 virures en contreplaqué bouleau de 1mm 
    *

    *

    * 


    *
    *

    Photographies de voiliers

    *
    *


    *
    *

    Photographies de voiliers

    *
    *


    *
    *

    *
    *


    *
    *




    Et voici notre petit doris terminé, à bientôt pour de nouvelles réalisations

     

     Mes autres blogs
    *****
    Photographies des villes de France et à l'étranger
    http://photos-decouverte.eklablog.com
    *
    Ma carrière maritime en images
    http://royalescales.bloguez.com
    *

    Photographie de la Loire Atlantique

    http://loireatlantique.bloguez.com

    *

    Photographie de ma région et de la nature
    fleurs, insectes.
    http://images-nature.eklablog.com

    Marsouins sortant, annoncent le vent.

    Partager via Gmail Yahoo!

    5 commentaires
  •  

    Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir




     




     


     
    Chaloupe sardinière 1905

    Réalisée au 1/16ème et au 1/33ème d'après les plans du Musée de la Pêche de Concarneau

    Historique: Les chaloupes sardinières mesuraient entre 8 et 12 mètres de longueur, avaient un tableau arrière ou au contraire était arrondie au niveau de la lisse et pointue à la flottaison (modèle réalisé). Une étrave verticale ou légèrement inclinée vers l'arrière. Tous les sardiniers étaient noirs, la seule protection de la coque en usage étant le coaltar. Non pontée ces embarcations affrontaient pourtant la haute mer pour suivre la migration de ce petit pilchard, descendant jusqu'à la Rochelle et remontant beaucoup plus au nord pour suivre la migration du petit poisson bleu.

    Sur les lieux de pêche, voiles et mât étaient amenés, des hommes de nage avec des avirons de sept mètres maintenaient le bateau nez au vent. Le filet droit dans lequel le poisson se prend par les ouies était mis à l'eau, le patron debout sur la chambre arrière de la chaloupe attirait le poisson en lançant de la rogue (mélange d'oeufs de morue et d'eau de mer) de chaque coté du filet, les sardines fonçaient dans ce nuage de nourriture et étaient prises au piège. Simple mais efficace!

    Cette sardine était une manne pour ces régions, si bien qu'elle se retrouva sur la tête de nos jolies bretonnes, transformée en coiffe de dentelle appelée "Pen sardin" ( tête de sardine).

    Le modèle est réalisé sur couples et bordé en 5/10 d'épaisseur. Les avirons , mâts sont en poirier.



    Sur cette photo:

    - L'étrave très profilée.

    - Le plancher en poirier.

    - les bancs de nage.

    - Les points d'amûre de la misaine et du taille vent.

     

    Photographies de voiliers

     
    *
    *

    Sur cette vue:

    - La barre réalisée en poirier.

    - L'arrondie au niveau de la lisse.

    - Les deux caissons.

     *

    Photographies de voiliers

     *
    *


     - Chaloupe sardinière en cours de réalisation au 1/16ème.

    Vue sur tribord.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Vue en gros plan sur l'avant:

    - Le plancher et les bancs sont en bois naturel, ici du poirier.

    *

     

    Photographies de voiliers

     *

    *

    Vue en gros plan de l'arrière:

    - La pompe à eau.

    - Le coffre à filet

    *

    Photographies de voiliers

    *
    *
    Vue plongeante de l'avant, on remarque:

    - Le davier pour l'ancre.

    - La pompe.

    - Le coffre à filet.

    *

    Photographies de voiliers

      *

    *
    Vue plongeante de l'arrière, on peut remarquer,
    que les avirons font la longueur de la chaloupe.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    La pompe

    *

    Photographies de voiliers

     
    *
    *
    Photos sous voiles
    *
    chaloupe sardiniere
    *
    *
    chaloupe sardiniere
    *
    *
    chaloupe sardiniere
    *
    *

     

     

     

     

     

     

    Sardiniers au port


     


     

    Partager via Gmail Yahoo!

    9 commentaires
  •  

    Ces images ne sont pas libre de droit

    Protected by Copyscape Plagiarism Check Software

     Cliquez sur les photos pour les agrandir








    *
    *




     

     

    *
    *

     

    LIBERTE 1900

    Bautier de Barfleur

    Réalisé au 1/30ème d'après les plans de JC Chazarain.

    Dimensions: Longueur 12,50 mètres - Largeur au maître bau

    Historique: Les bautiers étaient aussi connus sous le nom de cordier,

    ce qui est identique, puisque les cordes utilisées pour le pêche s'appellent des"baux".

    ( longues cordes de 250 mètres lover dans des maunes en osier.)

    *

    Au 19 ème siècle l'on pêchait avec des bisquines, puis vers la fin du siècle à l'aide de sloops.

    La pêche étant rentable , Les marins de Barfleur décidèrent vers 1900 de se faire construire des bateaux

    spécialement adaptés à ce type de pêche. Franc bord peu élevé, coques plus grandes.

    Les bateaux s'allongent pour atteindre les 12, 13 mètres. Les forment s'arrondissent et la voute reste

    relativement courte par rapport aux thoniers et langoustiers de leurs confrères bretons.

    Plusieurs chantiers s'ouvrent à Barfleur. Le Liberté est lancé par le chantier Charles Berllot (Saint-Vaast- la- Hougue).

    L'équipage était constitué de 6 à 7 hommes dont la tâche

    consistait à chaque marée à filer les baux.

    La pêche: Les bautiers allaient tendre leurs lignes de Cherbourg

    jusqu'aux cotes anglaises. Les hameçons étaient munis d'appât (la beite),

    les lignes étaient mises à l'eau depuis le bateau.

    *****

    **

     Cette vue permet de voir:

    - Les proportions de ce bateau, étrave très fine , ventru au milieu, et très fuyant sur l'arrière.

    *

    *

    *

    Sur cette vue:

    - Ligne très élégante, La talon arrière très plongeant par rapport au

    brion(Partie basse de l'étrave).

     *

    Photographies de voiliers

     *

    *

     

    Visible sur cette photo:

    - Une des ancres servant à mouiller les baux.

    - Le panneau circulaire de soute.

    - Sur le plat bord, la conelle servant à relever les lignes.

    - Le bout dehors fixé par une ferrure en fer à cheval sur un banchet.

     *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur cette photo:

    -La galoche, au sommet de laquelle tourne un davier. Cette galoche est utilisée

    pour le passage de la grosse ligne où sont attachés les baux.

    -La sous-barbe passe par un réa juste au-dessus de la ligne de flottaison,

    puis vient se tourner au fileux bâbord après avoir traversé le pavois.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

     

    Sur ce cliché on aperçoit:

    - Les maunes, ces grands paniers en osier ou sont lovés les baux ou cordes.

    Sur le modèle ils ont été réalisé avec du rafia.

    *

    Photographies de voiliers

    *

     

    Visible sur ce cliché:

    - La mâchoire de bôme et son collier de racage.

    - Le fût du moulinet.

      - La pompe de cale.

    *

     Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur cette vue on aperçoit:

    - La petite pompe de cale juste devant le roof.

    - Le panneau de soute.

    - Le moulinet au pied du mât servant à relever les baux.

    - Les caps de mouton et autres poulies réalisés en poirier.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur cette vue:

    - Le roof de la chambre de forme trapézoïdale et de très grande dimension,

    2 petites lucarnes pour l'éclairage.

    - La grande godille, ici amarrer le long du pavois, elle servait à l'arrivée à quai,

    mais aussi quand le vent n'était pas au rendez-vous.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

     - La cheminée de la cuisine.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur cette vue:

    - Le serre tableau avec le palan d'écoute.

    - Les allonges du tableau.

    - Le banc de quart.

    - La barre.

    *


    *
    *
    Sur ce cliché on aperçoit:

    - Le banc de quart.

    - La barre.

    - Le palan d'écoute.

    - Le palan d'écoute de voile installé sous la bôme.

    - La petite barrique du patron, le contenant n'est pas spécifié????

    *

     

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Le tableau
     
    *

    Photographies de voiliers

     *

    *

    Sur cette vue on aperçoit:

    - Les cercles du mât.

    - L'Encornat.

    - Le collier de racage.

    - Les élongis et les jottereaux.

    - Les barres de flèche.

    - Visible aussi le parcours de la drisse de corne.

    - La potence de la drisse de mât.

    *

    Photographies de voiliers

    *

    *

    Sur cette photo:

    Mât composé, c'est à dire constitué d'un bas mât surmonté d'un mât de flèche.

    *

    Photographies de voiliers

     

    *

    *

     
     

    *****
    **
    Mes autres Blogs
    *
    Photographies des villes de France et à l'étranger
    http://photos-decouverte.eklablog.com

    Ma carrière maritime en images
    http://royalescales.bloguez.com
    *

    Photographie de la Loire Atlantique

    http://loireatlantique.bloguez.com

    *

    Photographie de ma région et de la nature
    fleurs, insectes.
    http://images-nature.eklablog.com





    A navire rompu, tous les vents sont contraires.

    Partager via Gmail Yahoo!

    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique